Difficile d’entendre son enfant se traiter de « nul ». Ou dire que de toutes façons il n’arrivera jamais à rien. Ce n’est pas forcément plus agréable de l’entendre se vanter qu’il est le meilleur, le plus intelligent, le plus beau ou le plus fort… Alors comment faire pour qu’il gagne en confiance et non en grosse tête ? Voici 7 astuces pour encourager et valoriser les talents de son enfant ou son ado.


 

1) Je liste ses qualités (et ça reste subjectif)

Il ne s’agit pas de faire croire à son enfant qu’il a toutes les qualités du monde et de le valoriser tout le temps. Ni de lui laisser penser qu’il n’en n’a pas et de ne pas valoriser ses talents du tout.

La première étape consiste donc à s’assoir (et oui, cela nécessite du temps et une vraie concentration) et à se demander : « Qu’est-ce que j’aime chez mon enfant ? Quelle est sa principale qualité ? ». Et aussi : « Qu’est-ce qui me prouve que mon enfant a VRAIMENT cette qualité ? », « Pourquoi est-ce que je le trouve généreux ? Parce qu’il a laissé la dernière part de gâteau à son frère ? Car il a donné la moitié de son argent de poche à un SDF ? Ou parce qu’il offre systématiquement un cadeau à chaque membre de la famille ? » Ces exemples sont très importants, car c’est ce que l’on dira à ses enfants le temps venu !

2) J’écoute ce que disent les autres de lui

Il est vrai que parfois nos enfants nous énervent beaucoup. Et le seul fait de penser à eux nous crispe déjà. Difficile alors de leur trouver des qualités et pourtant ils en ont.

Si on ne trouve pas, on peut alors se demander ce que les autres aiment chez notre enfant : « Ses grands-parents m’ont dit la semaine dernière qu’ils adoraient son espièglerie. C’est vrai qu’il aime faire des farces. » ou alors : « J’ai bien aimé quand son prof du judo m’a dit admirer sa pugnacité pour préparer et passer ses ceintures. »

3) J’apprends à faire des compliments

Un « bon » compliment n’est pas un jugement de valeur (c’est « bien » ou « mal », « gentil » ou « méchant »…) sur la personne, mais une description de ce qui a été fait PAR la personne que l’on veut complimenter.

Par exemple, au lieu de dire : « Tu es une  fille adorable », on préférera : « J’ai apprécié quand tu as lu une histoire à ta petite sœur hier soir. Elle aussi a beaucoup aimé ! ». Pour m’aider, je peux me demander : « Qu’est-ce que j’ai apprécié dans ce que vient de faire / dire mon enfant ? ». Et je m’exerce tout d’abord avec des personnes « sans importance » pour moi, le boulanger, la caissière, mon voisin dans le train…  Il est difficile de se départir de ses jugements qui pourtant ne sont pas aidants !

4) Un compliment ou une qualité par jour

Maintenant que je connais les qualités de mon enfant et que je sais faire des compliments, je prends la décision de lui en faire au moins un par jour et il n’y a AUCUNE EXCEPTION. Même si je suis épuisé(e), énervé(e), loin de chez moi, je m’oblige à dire : « Merci de m’avoir aidé(e) à vider le lave-vaisselle sans rouspéter » (même si je trouve ça « normal »), ou bien : « J’adore quand tu es plongé(e) dans ton livre et que tu n’entends plus ce qui se passe autour de toi ! Quelle capacité de concentration ! » ou encore : « J’ai été très touché(e) que tu laisses la dernière part de gâteau à ton frère. C’est ce que j’appelle de la générosité».

Parce que ces compliments ou ces qualités sont réels, ils reposent sur les exemples concrets qu’on aura listés précédemment. Ils ne sont pas perçus par le filtre d’amour de la maman qui trouve que ses enfants sont les meilleurs. Alors ils vont toucher vos enfants, qui, contrairement à ce que vous dites aujourd’hui, vont les croire.

5) La comparaison, c’est du poison !

Pour valoriser les talents de son enfant, il convient d’abord de lui apprendre à ne pas se comparer aux autres. Est-ce que vous comparez les bienfaits de l’huile d’olive et des framboises ? Pour lire la suite de cet article, c’est ici

pour entrer en contact avec moi, c’est par là