Je souhaite à chacune d’entre vous une excellente fête des mères.
J’espère que chacun dans votre famille vous célébrera comme il se doit : nous le savons, nous, du fond de notre cœur, quelle est la force qui nous anime chaque jour.
Parfois, je pense « on ne m’avait pas dit que ce serait si difficile« . Si j’avais su les difficultés à traverser, les renoncements à faire (pas matériels les renoncements, ça ça m’est égal ; plutôt les renoncements par rapport à ce que j’avais imaginé qu’impliquait « être une maman »), je me demande quelquefois si j’aurais tant prié pour devenir maman.
C’est parfois si difficile : difficile de voir ses enfants souffrir. Difficile de ne pas savoir comment réagir. Difficile de n’avoir pas de solution. Difficile d’avoir tant à gérer. Difficile d’être partout; Difficile de garder le sourire, de soutenir et de continuer à croire qu’un meilleur avenir est possible.
Et puis je regarde mes enfants; Je vois leur sourire, je vois leurs yeux et l’âme dans leurs yeux, je vois que sans moi (et sans mon mari aussi) ils n’en seraient pas là. Certains ne seraient même sans doute PLUS là. Je ne sais pas ce que l’avenir leur réserve. Je sais juste que j’ai réussi à leur transmettre des belles valeurs : d’humanité, de bienveillance, de fraternité.. de gentillesse. Aucun de mes enfants ne ressemble aux rêves idéaux que j’avais fait lorsque j’étais enceinte; Chacun d’eux a eu à traverser des difficultés infinies. Pas du même ordre. Mais chacun est LA, vivant, plein d’espérance, et je crois vraiment qu’ils pourront faire avancer le monde vers plus de gentillesse. En tous cas je l’espère du fond de mon cœur. Je sais que chacun saura défendre ses valeurs. Parce que j’ai cru en eux. J’ai cru qu’ils surmonteraient leurs difficultés. J’ai cru qu’ils s’en sortiraient; Et aussi parce que je les aime infiniment.
Je sais aussi que le combat – le mien, celui d’une mère- n’est pas fini. Que encore et encore je serai là pour accueillir, aimer, rebooster, croire en eux, guider, accompagner. Maman je suis, et maman je resterai, même quand ils seront très vieux.
Parce qu’être une maman, c’est l’histoire d’une vie. de la vie de chacune d’entre nous.
Et ce que j’ai traversé, je sais que vous le traversez aussi. Pas de la même façon, pas avec les mêmes difficultés, pas avec les mêmes joies.
Si j’ai choisi ce métier, de coach-parentale, soyons honnête, c’était d’abord pour moi : trouver des solutions quand je ne voyais pas le bout du tunnel. Et ça a fonctionné, et ça fonctionne encore, même si parfois je me sens encore noyée sous les difficultés. Je tiens le coup, parce que je sais qu’il y a une sortie au tunnel. Et à chaque fois nous en sortons de ce maudit tunnel : à chaque fois, il y a une petite lumière qui me guide : je sais qu’il y a des solutions, et j’avance. Et c’est pour cela que j’ai voulu partager avec d’autres mamans. Pour que vous aussi, vous puissiez voir la lumière au bout du tunnel.
Et aujourd’hui je le fais pour vous. Parce que je sais que lorsque l’on est seule à y croire, seule à se battre, c’est très préoccupant (et même à 2 les difficultés peuvent sembler insurmontables). Croyez-le, chères mamans pétillantes, je suis là pour vous accompagner quand c’est trop difficile. Et partager chacune de vos victoires, même infimes. Et me réjouir avec vous. Quand vous doutez de tout, quand c’est trop difficile : je peux être votre petite lumière qui brille au fond du tunnel.
Et c’est tout cela que je célèbre lorsque je vous dis « bonne fête chère maman pétillante » : toutes les difficultés que vous avez déjà traversées. Toutes les joies que vous avez éprouvées. Et toutes vos fragilités.
Je ne vous laisserai pas tomber. Pas plus que je n’ai laissé tomber mes enfants. Parce que je le sais : être maman est la chose la plus merveilleuse et la plus difficile qui soit au monde.
Et aujourd’hui j’ai une pensée particulière pour toutes celles à qui on ne dira pas « bonne fête maman ». Parce que la relation avec son ou ses enfants est trop compliquée, parce qu’un papa refuse qu’on vous appelle. Parce que vos enfants ont oublié que c’est votre fête…
Nous ne sommes pas mamans pour être remerciées. Mais on le sait, un « merci« , un « je t’aime« , c’est notre carburant. Alors à vous, toutes les mamans à qui on ne le dira pas – et aussi à celles à qui on le dira – moi je vous le dis « je vous souhaite une bonne fête et je vous aime. Vraiment. Parce que vous êtes le pilier du monde. »💖
Prenez soin de vous. Parce que ce monde bien branlant, a besoin de vous et de votre amour.