LE CONFINEMENT NOUS A-T-IL RENDU PARESSEUX ?

Je ne sais pas vous, mais moi je me sens plus paresseuse qu’avant ; et manifestement je ne suis pas la seule.
Pourtant, je ne me suis pas vraiment reposée pendant ce confinement : j’ai préparé des vidéos, des podcasts, des posts ; j’ai écrit un roman, inventé un jeu… et préparé des formations pour vous chers parents pétillants.
Cependant je me sens un peu paresseuse…
Personnellement je me suis levée tôt, je me suis donnée des horaires de travail scrupuleusement respectés… j’en ai même un peu oublié les pauses que j’avais mis dans mon agenda…

ALORS POURQUOI ?

Je crois que c’est le fait de n’avoir pas de contraintes de temps qui a eu cet effet… Sur moi et aussi sur de nombreuses personnes avec qui j’ai pu discuter. Certes à 7 H j’étais au travail, mais pas forcément habillée (ni même lavée . Parfois il m’est arrivé de faire la grasse-mat jusqu’à 7h30 (si, si, incroyable non – quand je vous dis que je suis devenue paresseuse 😉)* parce que je savais que je n’avais d’autres contraintes horaires que les miennes. Personne ne m’attendait pour une formation en face à face ou une conférence.
Et puis je me suis habituée à ce monde sans véritables contraintes : je crois que peu à peu est arrivé dans ma tête et dans mon corps l’idée étrange (pour moi : pour ceux qui me connaissent, je suis (un peu) sur-active) que la vie, c’était bien comme ça : chacun son rythme, ensemble, et heureux de partager et nous retrouver et de finalement mieux nous connaitre et nous aimer. Je sais, cela n’a pas été le cas dans toutes les familles. Je mesure ma chance (déjà d’avoir des ados, je crois que ça aide car ils sont autonomes et eux… dorment longtemps longtemps le matin , une maison, un mari aimant ;
Et j’ai donc appris à ralentir le rythme. Et pour la première fois depuis aussi lointain que je me souvienne, je me suis sentie « vivre au rythme de la terre« . Et pas à celui effréné de la civilisation. Et j’ai aimé cela; Et mon corps a aimé cela.

OK, ET LE LIEN AVEC LES ENFANTS ALORS ?

J’y viens, j’y viens… En apprenant à profiter ainsi autrement du temps qui nous était donné, j’ai pensé aux enfants et aux ados :
Pour les enfants, j’ai réalisé que nos deux mots (les plus donnés par les parents avec « non ») : Dépêche-toi ! devaient être très violents. Car les enfants vivent naturellement au rythme de la terre. Ils ne sont pas encore dans cette course immodérée que nous voulons pour eux. Le matin ils ont du mal à se lever « dépêche-toi ! ». Ils traînent pour s’habiller, prendre le petit déjeuner : « dépêche-toi, DEPECHE TOI ! » Puis on enchaîne avec les chaussures, les manteaux, le départ pour l’école, l’arrivée à l’école…et ce jusqu’au soir : « dépêche-toi, dépêche-toi, dépêche toi, et dépêche toi encore. » Cela va tellement à l’encontre de leur rythme naturel… et en plus ça ne fonctionne pas ! Avez vous remarqué comme un enfant s’énerve ou prend encore plus son temps quand on lui dit « dépêche-toi ! » ; Cela nous met en retard et nous énerve, et la journée démarre dans le stress pour tout le monde.
Et les ados ? Comme une réminiscence de leur petite enfance, eux sont des champions de la paresse. C’est compliqué à l’âge ado de « faire des efforts ». Ce n’est pas impossible, mais quand je vois comme ils dorment le matin, comme ils s’affalent sur les chaises ou canapés, comme ils ont du mal avec les contraintes… je me dis que Madame Paresse a bien fait son oeuvre. Madame Paresse est la soeur jumelle de Madame Puberté. Cette dernière a de très nombreuses conséquences sur le comportement ados, y compris cette fatigue ou lassitude dont certains sont habitués. Mais Madame Paresse, je l’ai rencontrée pendant le confinement : je me suis sentie redevenir ado. Oui je travaillais, mais chaque jour je l’entendais me dire « profite, mais PROFITE un peu ! Tu n’as qu’une vie tu sais ? Tu veux te dire quoi sur ton lit de mort ? Que tu n’as fait que penser aux autres, aux parents en difficulté ? Même pas un peu à toi ? » Sa voix douce a fait son oeuvre : et si je trouvais le moyen d’avoir AUSSI du temps pour moi…Alors je me suis offert des pauses, dans mon jardin, avec un bouquin. Et – forcément – j’ai pensé à vous. « comment faire pour que les parents aussi profitent mieux de leur vie ? ». Et j’ai eu de nouvelles idées… Par exemple des formations de chez vous, à votre rythme, quand vous voulez, ou vous voulez. J’y reviendrai.

ET DONC ?

Et donc, je crois que les enfants et les ados ont beaucoup à nous apprendre en matière de comportement. Nous les éduquons, nous leur apprenons les règles de vie en société, en famille, à l’école, un travail… Mais ne pourrions pas apprendre d’eux à profiter du temps qui nous est donné ? A respirer comme eux ? (à l’endroit comme il se doit). A mettre du jeu dans notre vie ? Sauter dans une flaque d’eau au lieu de les gronder, marcher joyeusement au lieu de les tirer… Oui c’est vrai, le matin c’est la course. Mais à quoi bon y rajouter du stress ? Il y a d’autres méthodes pour que cela se passe bien : se réveiller plus tôt, laisser les enfants choisir leurs vêtements peut-être, les aider au lieu de les gronder… Et puis mettre en place une autorité bienveillante qui permettra d’éviter ces excès sera une aide précieuse. De ça, on en reparle
Alors il me reste à vous souhaitez deux choses en ce nouveau matin :
  • redevenez parfois comme des enfants et adolescents à l’écoute du temps en écoutant Madame Paresse ;
  • remplacez « dépêche-toi » par… « prends ton temps ». Et vous viendrez partager les résultats avec nous, ici
*en réalité il m’est parfois arrivé de dormir jusqu’à 9h. Et surtout j’ai toujours été une « lève-tôt »… et j’adore travailler quand la maison dort encore. D’où ces horaires sans doute étranges pour certains.